Outils & Ressources en ligne, Recherche

Se documenter sur les collections publiques

Le cas particulier des musées de France

Cet article dresse un état des lieux non exhaustif des outils les plus significatifs. Il est susceptible d’être modifié et complété en fonction de l’évolution des connaissances de son auteure d’une part, et des outils cités d’autre part. N’hésitez pas à y contribuer en nous faisant part de vos remarques.

Savoir où chercher pour mieux trouver :

Se documenter sur les collections publiques françaises implique de comprendre la manière dont celles-ci sont administrées et comment elles ont été constituées.

Le corpus général des collections publiques muséales françaises ne se restreint pas à celui des musées nationaux. En France, le musée en tant qu’institution culturelle publique relève, en effet, le plus souvent de la tutelle d’une collectivité territoriale ou du groupement de plusieurs d’entre elles. Les musées appartenant à l’État ne représentent que 5% des dits « musées de France ».

La loi n° 2002-5 du 4 janvier 2002 relative aux musées de France pose un cadre réglementaire. Les institutions impliquées dans les missions citées par le texte se voient dotées de l’appellation « musée de France ». Elles sont placées sous le contrôle de l’État et bénéficient de son soutien.

Logo_musee-de-France
Le logo des musées de France

A savoir avant toute recherche sur les collections des musées de France :

Toutes les institutions publiques (État et collectivités) ne sont pas « musée de France ». Il existe des cas de musées ne répondant pas aux critères requis pour bénéficier du soutien du Haut Conseil des musées de France.

A contrario, le corpus des musées de France comprend des collections privées. Une personne morale de droit privée peut bénéficier de l’appellation « musée de France », et donc du soutien de l’État, si elle répond aux missions consignées par la loi et justifie d’un but non lucratif (fondations, associations).

Ces deux cas particuliers sont rares, mais en avoir connaissance permet de garder un œil attentif aux divers statuts possibles des collections.

La liste des musées de France :

Une liste au format pdf, dont la dernière mise à jour remonte à février 2016, est téléchargeable sur le site du ministère de la Culture. Le document recense 1220 musées de France.

Plus interactive et souple d’utilisation, la page Wikipédia dédiée à ces institutions propose également un inventaire, par régions puis départements, des musées de France.

Le ministère de la Culture met en ligne un répertoire plus général des musées français : la base Muséofile. Une centaine des institutions qui y sont recensées ne bénéficient pas du label « musée de France ». La question de la mise à jour de cet outil est également à se poser. Beaucoup de liens vers les sites des institutions ne sont plus effectifs. Les contacts courriels s’avèrent aussi souvent obsolètes. Toutefois, la base Muséofile a l’avantage de dresser des fiches musées synthétiques. On y trouve des informations pertinentes, telles que les thématiques des collections et leur historique.

BaseMuseofile_FicheMuseeGranet
Une fiche musée sur la base Muséofile, répertoire des musée français

Enfin, si l’on sort du cadre des recherches numériques à distance, le service des musées de France dispose d’un centre de documentation. Il est possible de s’y rendre sur rendez-vous les lundis, mercredis et jeudis (6, rue des Pyramides, 75 001 Paris). De même, le ministère a mis en place un mini-site dédié à ces institutions, dont l’intérêt porte surtout sur les actualités qui y sont partagées.

« mission […] d’assurer la plus vaste audience à notre patrimoine culturel »

Décret fondateur du ministère des affaires culturelles, 24 juillet 1959, A. Malraux

La base Joconde et le moteur Collections :

Parmi les missions permanentes des musées de France se trouve celle de « concevoir et mettre en œuvre des actions d’éducation et de diffusion visant à assurer l’égal accès à tous à la culture » (loi n°2002-5 du 4 janvier 2002, article 2). La mise en ligne d’une base de données des collections semble être l’instrument privilégié afin de répondre au nécessaire partage des données patrimoniales.

L’idéal serait de donner numériquement accès, via un outil commun, à toutes les collections des musées de France. C’est ce que tend à proposer la base Joconde. Ce catalogue collectif des collections des musées de France invite les institutions concernées à y verser leurs notices d’œuvres. A ce jour on décompte 387 musées participants, autant dire que la base n’est absolument pas complète. De plus, les versements de données par les musées participants est assez irrégulière.

De manière plus générale, les bases de données du ministère sont très anciennes. Elles ont été testées sur Minitel dès 1992 puis sur Internet à partir de 1995. L’évolution des pratiques numériques fait donc de ces outils des instruments peu ergonomiques pour l’utilisateur d’aujourd’hui.

Enfin, un dernier enjeu, et pas des moindres, est celui de la ré-exploitation possible des données. Il ne s’agit pas seulement de mettre à disposition des informations mais d’en permettre la citabilité, par exemple. On touche là à un sujet complexe, pour lequel il serait préférable consacrer un article à part entière.

A ce jour, le ministère de la Culture travaille plutôt à l’harmonisation de la production des données culturelles. Il s’agit, avec le programme HADOC, de réunir sous un même portail les différentes bases des diverses directions du ministère. Le moteur Collections est l’aboutissement de ce projet. La base Joconde, parmi d’autres, s’y trouve donc moissonnée. La suite du projet vise à travailler sur l’augmentation qualitative des données proposées.

MoteurCollections_rechercheGustaveDore
Exemple de recherche sur le moteur Collections

Les bases de données régionales et autres initiatives plus ciblées :

Une autre manière d’aborder sa recherche sur les collections serait de cibler les musées susceptibles d’être concernés par le sujet ; aller du général au particulier.

Dans le cas d’une thématique précise, il est possible de trouver des répertoires d’institutions conservant des collections sur ledit sujet. Il s’agit bien souvent d’outils issus de l’initiative de particuliers intéressés par la question. De ce fait, ce sont des instruments perfectibles et rarement complets. Leurs administrateurs n’ont pas toujours maintenu un suivi sur leur création. Citons deux exemples :
– Le site MuseoArtPremier, développé par l’association éponyme et référençant les musées français conservant des collections extra-européennes.
– L’annuaire KIMUNTU des collections extra-européennes françaises et des professionnels associés. L’outil a été mis en place par l’équipe du musée des Beaux-Arts d’Angoulême associée à Roger Boulay, chargé de mission auprès du service des musées de France.

Sans entrer dans le processus de filtrage des collections par thématique, il est également possible de diriger sa recherche vers les bases de données mises en place à l’échelle régionale. Il n’a pas été établi de prospection exhaustive des ces instruments mais nous pouvons citer en exemple le site Alienor. Il s’agit du portail des musées de la Nouvelle-Aquitaine. Leur problématique actuelle porte sur la prise en compte de la fusion des régions de France, l’outil ayant d’abord été conçu par la région Poitou-Charentes.

Alienor.org
La base Alienor, des musées de la région Nouvelle-Aquitaine

Enfin – un autre article pourrait être consacré à ce vaste sujet – il s’agirait d’étudier au cas par cas la mise en ligne des collections des musées sur leurs propres sites ou via une base annexe :
base Atlas du musée du Louvre,
– le catalogue des objets et de l’iconothèque du musée du quai Branly – Jacques Chirac,
– ou encore l’exemple de la base de données du musée des Augustins de Toulouse.