Diffusion, Outils & Ressources en ligne, Recherche

J’ai testé… le Rijksstudio

Lancé en octobre 2012, le Rijksstudio, catalogue numérique des collections du Rijksmuseum, constitue encore aujourd’hui un modèle en terme de mise en ligne et de diffusion des collections. Explorons ses fonctionnalités pour mieux appréhender les possibilités multiples offertes aux utilisateurs.

Une réutilisation libre d’images haute définition

Le choix de la Creative Commons Zero (CC0) pour les photographies mises en ligne sur le Rijksstudio est apparu comme innovant pour une institution muséale. 125 000 images en haute définition de ses tableaux ont été mises en ligne et rendues libres d’usage, même à des fins commerciales. Actuellement, plus de 620 000 œuvres ont été numérisées, l’objectif étant d’atteindre le million soit l’intégrité de la collection du musée. De nombreux musées ont par la suite suivi cet exemple à l’instar de la National Gallery de Washington, la Tate Modern, le Los Angeles County Museum of Art (LACMA) et le Metropolitan Museum of Art (MET) qui ont développé également leur offre d’art numérisé.

Pour encourager la réutilisation de ses images, le Rijksmuseum a mis en place le prix annuel « Make Your Own Masterpiece ». Ce concours vise à couronner la meilleure création réalisé à partir du contenu en ligne sur le Rijksstudio.

Oeuvre dont s'est inspirée Lesha Limonov, lauréate 2017 du concours Make Your Own Masterpiece, pour réaliser Masterpieces Never Sleep
Masterpieces Never Sleep par Lesha Limonov, la lauréate 2017 du concours Make Your Own Masterpiece

La mise à disposition de ces images constitue également un réel atout pour les chercheurs qui n’ont pas plus à se préoccuper entre autres des problèmes de droits pour leurs publications. Cette initiative contribue ainsi à encourager l’étude et la valorisation scientifique des collections du Rijksmuseum.

Collecter et découvrir de nouvelles œuvres du Rijksmuseum

L’autre attrait du Rijksstudio réside dans l’expérience utilisateur personnalisée proposée à l’internaute. Après s’être créé un compte (son propre « Rijksstudio ») sur la plateforme, ce dernier peut avoir accès à de nombreuses fonctionnalités. Il peut ainsi avoir recours à l’option « Master Matcher » qui lui propose à partir d’un rapide questionnaire des œuvres susceptibles de l’intéresser.

Ce dernier est aussi libre de parcourir le catalogue des collections en effectuant des recherches, en naviguant sur les galeries thématiques proposées par le musée ou en cliquant sur les collections constituées par d’autres utilisateurs. Se créer son propre Rijksstudio permet en effet de sauvegarder ses œuvres préférées et de les organiser en groupes nommées « collections ». Cette fonctionnalité rappelle le réseau social Pinterest basé sur la réalisation d’albums de photographies partageables en ligne par ses utilisateurs.

Une barre de fonctionnalités disponible en bas de chaque image permet d’« aimer », de télécharger et de partager sur les réseaux sociaux ses trouvailles.

La barre de fonctionnalités du Rijksstudio disponible sur toutes ses images (zoom, téléchargement, sélection de détails)
La barre de fonctionnalités du Rijksstudio disponible sur toutes ses images

La haute définition des images permet également à l’utilisateur de zoomer à loisir et de sélectionner des détails d’une œuvre pour les sauvegarder. Le Rijksmuseum propose également la commande d’une reproduction du détail selon le support et le format souhaités par le client (poster, toiles…).

Formulaire à remplir permettant de commander des reproductions d'oeuvres du Rijksmuseum
Formulaire de commande de reproductions

A cette qualité d’image s’ajoute le cartel des œuvres bien renseigné. Le musée a fait le choix judicieux de relier les mentions bibliographiques avec le catalogue en ligne de sa bibliothèque.

Une porte d’entrée vers la visite du musée

Le Rijksstudio favorise ainsi une première rencontre virtuelle entre le public et les collections. Cette expérience s’avère totalement complémentaire à celle de la visite du musée. Elle propose en effet de porter un regard nouveau sur les œuvres notamment grâce au zoom permettant de déceler des détails non visibles habituellement dans les salles muséales. Le propriétaire d’un « Rijksstudio » est par ailleurs incité à compléter s’il le souhaite son compte et ses collections lors de sa visite au sein de l’institution amstellodamoise. L’application lui permet en effet de sauvegarder ses trouvailles au fur et à mesure de son parcours dans les salles.

Explications concernant l'enregistrement d'oeuvres sur le Rijksstudio durant une visite du musée.
Explications concernant l’enregistrement d’oeuvres sur le Rijksstudio durant une visite du musée.

L’application constitue par ailleurs un complément aux textes de salles grâce aux informations téléchargeables qu’elle met à disposition gratuitement. Ce choix assumé par l’institution a un impact muséographique direct visant à éviter l’investissement dans des bornes interactives rapidement obsolètes.

Le Rijksstudio demeure un modèle qui a depuis 2012 essaimé notamment en France où Gallica Studio revendique clairement cette inspiration. Ouvert en septembre 2017, ce site vise tout comme son modèle néerlandais à stimuler la créativité de ses internautes à partir du contenu mis en ligne sur Gallica.